Votre part de bonheur subjectif

Lorsque l’on cherche à avancer dans sa propre vie, définir ce qui nous chamboule, ce qui nous plait est un objectif important. Identifier le but pour mieux le viser ensuite.
Plusieurs exercices existent pour y parvenir (c’est le sens du petit livret « trouver sa passion » notamment), nous y formalisons alors notre vision du bonheur.

Et pourtant, si on se trompait de but en faisant cela?
Nous définissons une vision du bonheur certes, mais une vision subjective uniquement.

 

Des objectifs sincères et fiables

Au cours de lectures récentes sur une approche scientifique du bonheur, je découvre que des enquêtes méthodiques ont été effectuées afin de définir ce qu’est le bonheur des gens. Et la principale difficulté a été celle-ci : obtenir des informations sincères, objectives, qui ne seraient pas influencées par le désir de plaire, ou par une vision idéalisée du bonheur que nous portons en nous.

Un exemple ?
La croyance bien ancrée selon laquelle gagner plus d’argent permet d’améliorer sa qualité de vie.
Évident, non? Pourtant, la science s’offre le luxe d’infirmer cette croyance, en le prouvant sur une enquête fleuve (20 ans de données sur un panel énorme d’étudiants issus de Princeton). De manière très synthétique (et un peu grossière), l’étude prouve que la réussite financière « ne se traduit pas par un surcroit de bonheur« , et qu’au contraire, elle expose les personnes à de nombreuses pathologies (stress, etc), fait oublier l’équilibre primaire (se reposer, passer du temps en famille, etc), et accroit le besoin d’exigences irréalistes (vouloir tout, tout de suite, acheter les gens, l’amitié, etc). Intéressant.

 

Utiliser la méthode scientifique

Au delà de nous rassurer, cette étude prouve que notre croyance sur notre propre bonheur est bien subjective, et liée à de nombreuses composantes : éducation, caprices de la mémoire, réinterprétations subjectives des situations vécues, états d’âme, etc.

Comment faire dans ce cas, pour trouver son bonheur?
En suivant nous aussi la vision objective que propose la démarche scientifique, et un outil en particulier : l’auto-évaluation. L’idée maitresse est que notre avis au moment précis où nous vivons une situation est beaucoup plus fiable que notre avis à posteriori.
Afin de déceler ce qui nous plait, il va donc falloir évaluer notre sentiment de bonheur, plusieurs fois au cours de la journée, au sein de différentes situations.
Il s’agit d’une simple question à se poser : suis-je heureux, là maintenant?

Je vous conseille de garder un bloc notes sous la main, et de noter cette sensation, de manière très simple.

Exemple :
au travail ***
avec les enfants **
repas avec Eve ***
etc.

Faites l’exercice pendant 1 semaine. Juste pour vous. Juste pour vérifier si vous cherchez le bonheur dans la bonne direction. Si la méthode scientifique arrive à infirmer des croyances si ancrée, cela peut aussi nous apprendre des choses sur nous-même.

 

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Article précédent
Article suivant
Pas de commentaire

Laisser un commentaire