Un moment inattendu de liberté

La situation de départ n’était pourtant pas folichonne : en train de changer de voiture, j’ai du me rendre au travail pendant plusieurs jours, avec mon « vieux van », en remplacement d’une voiture + classique.

Mais si, vous savez, les vieux vans Volkswagen des années 70. Le transporter que vous imaginez tout droit sorti de woodstock, et qui se balade un peu partout.

 

Flower power !

Bref, j’ai utilisé cet attirail (plutôt réservé aux week ends & vacances d’habitude), et la machine m’a finalement fait prendre + de recul en quelques trajets que mon année en voiture « classique ».

En conduisant ce van, je me suis surpris à réfléchir, et à m’éveiller à pas mal de sujets :

  • La vie calme : l’engin a 4 vitesses, va à 70km/h en vitesse de pointe, alors évidemment, on prend la vie coté cool. On ne va pas vite…car de toutes manières, ce n’est pas possible. Alors on prend son temps, et c’est agréable. Une urgence? Pas de problème, on arrive…doucement.

 

  • Tout l’attirail technologique omniprésent aujourd’hui dans les voitures n’existe pas. Alors oui, c’est moins pratique. Ou + exactement, [mark color= »skyblue »]on se révèle moins hermétique[/mark] à ce qu’il se passe à l’extérieur. Il pleut fort? Il faut s’arrêter, car les essuies glaces balaient doucement. Il y a de la buée? Un aérateur naturel existe : ouvrir légèrement les fenêtres.

 

Le 1er matin où je suis parti en van, je me suis rendu compte de tout ce qu’il se passait à l’extérieur du véhicule. Le temps, les gens. Tout cela se passe réellement, qu’on le souhaite ou non. Un véhicule récent permet de s’en extraire, le van permet (oblige?) à s’en rappeler.

 

  • Le sourire des autres : je n’ai pas encore trop bien compris pourquoi, mais en se baladant en van, on voit souvent des gens nous sourire. Comme si on voyageait à bord d’un nuage Bisounours, comme si on leur apportait quelque chose de joyeux. Alors c’est chouette.

 

  • En train de m’activer à mettre en place mes leviers naturels pour avoir moins de buée (ouvrir la fenêtre donc) et pour avoir + de chauffage (fermer mon manteau), j’ai regardé les nombreuses publicités automobiles qui se dressaient sur mon parcours. J’ai été surpris de la distance de pensée entre ce van, et les avantages incroyables que l’on nous vend aujourd’hui.

Une en particulier, pour une voiture « de papa » disait : « 1700km sans plein« .
Voilà la nouveauté, la phrase choc, bref, [mark color= »skyblue »]ce qui doit nous faire rêver[/mark]. On peut faire un trajet incroyable sans…prendre 2mn pour faire le plein? sans parler à quelqu’un ?
Je repensais au van qui avait -en série- un accroche surf (si si, je vous assure!), et je me disais qu’on nous vendait récemment des rêves bien pourris.

 

Du rêve que diable!

Bref, un petit moment agréable, à penser différemment. A voir sous un autre angle une action récurrente de ma vie.
Évidemment, je ne pourrai pas l’utiliser pour autant tous les jours. Le moteur a ses petites humeurs, et la vie quotidienne permet peu d’aléas.
Mais cela ne me dérange pas. J’ai trouvé -sans forcément le prévoir- un moment inattendu de liberté. De recul. Ces moments un peu magiques ne sont pas là pour arriver tous les jours. Ils sont importants car ils sont rares.

 

 

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire