Secrets de vie 2 : anticiper les regrets

 

« Ne regrette pas l’Everest,
l’apogée, la beauté du geste.
Ne regrette pas l’effort,
les chasses aux trésors. » (A.Cotentin)

Je vous mentionnais la semaine dernière une première ‘vérité de vie‘, ces sagesses retrouvées dans plusieurs ouvrages et qui me semblent valoir le coup. Le coup de connaitre -mais au fond nous le savions tous- et surtout le coup d’essayer. Tenter de mettre en pratique cette pierre sommaire et primordiale dans notre vie quotidienne.

Une semaine est passée, et je voudrai vous parler d’une seconde évidence récoltée en suivant.

 

« J’aurai du… »

Cette seconde sagesse pourrait se formuler simplement ainsi : « l’objectif est de ne rien regretter au final ».

Une chose me semble certaine le temps passant, c’est que l’on ne regrette jamais les actions entreprises. Même les plus folles. Surtout les + folles?
On regrette de n’avoir pas dit, pas fait. Pas assez, ou pas du tout. Mais on regrette rarement (jamais?) d’être passé à l’action.

En regardant votre vie, en revenant en arrière, vous souvenez-vous des carrefours importants, des croisements qui ont fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui ?
Ces moments ne sont-ils pas la marque d’actions réalisées par vos soins ? Vous ne vous êtes pas retrouvé là par hasard, cela résulte très souvent d’un choix. Les grandes choses arrivent rarement en ne faisant rien, en ne tentant rien. Même pour gagner au loto, il faut jouer 🙂

 

Je repense souvent à mon enfance. Lorsque je m’endormais chez ma grand-mère, et que j’étais exténué d’avoir trop joué, trop couru, bref de m’être dépensé, elle me disait que j’allais bien dormir car il s’agissait de « bonne fatigue ». J’avais profité de la journée à fond, et je n’avais rien à en regretter.

J’ai gardé cette idée en tête, et j’y repense de temps en temps. Comme un gamin qui court comme un dératé, je me dis qu’en vivant totalement notre vie, nous avons moins de chance de regretter. Qu’il faut aller chercher la bonne fatigue. On sera fatigué dans tous les cas à un moment, autant que ce soit d’avoir trop vécu.

 

Évidemment, il y a la peur, car chaque action représente un risque d’échec en soit. Et on se plantera sûrement certaines fois. Mais en ne tentant rien, l’échec n’est un plus un risque, il devient une promesse.

Regardez en arrière une dernière fois : si vous retrouvez donc ces croisements, qui ont fait de vous ce que vous êtes aujourd’hui, que pouvez-vous regretter ? D’avoir pris trop de risques ? De ne pas en avoir pris assez ?
Je pense que nous serons une majorité à penser ne pas avoir pris assez de risque dans nos vies.
Il faut prendre cela comme une leçon pour le présent & le futur. Si nous avions pris + de risque, que se serait-il passé? Cela vous donne des envies pour aujourd’hui?

 

Et si on a des regrets, on en fait quoi ?

Je pense que le regret n’est qu’un essai non terminé. Un 1er essai qui a tout simplement foiré. On a pas été bon, on a loupé le coche. Mais ce n’est pas la fin, nous avons tout le reste de notre vie pour nous rattraper et tenter de devenir meilleurs. Tentons, et les regrets seront moindres.

 

Mettre en pratique ce secret de vie

Pour éviter les regrets au fur et à mesure, je me pose régulièrement, chaque semaine idéalement, 3 types de questions :

  • « Est ce que je regrette de ne pas avoir réalisé quelque chose de spécial la semaine dernière?
  • « Est ce que je me suis laissé dominé par la peur, par l’inaction à un moment ? »
  • « Est ce que je suis content d’avoir réalisé les actions que j’ai réalisées? Est-ce que j’avance? »

 

Thèmes de l'article
Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire