Je peux tout faire (…mais je fais quoi?)

jepeuxtoutfaire

| 6 845 visites |


Je peux tout faire !

Partir du principe que tout est possible est réellement grisant, mais cela peut également provoquer des questionnements chez pas mal de personnes -cela a totalement été mon cas au début- : qu’est ce que je souhaite, moi ?

Imaginons 2 minutes que toutes les barrières tombent, qu’il n’y a plus cette fichu résistance qui bloque nos envies : plus de problème de temps, plus de problèmes de ressources ou de connaissance, juste la possibilité de réaliser ce que vous souhaitez réellement, ce qui vous motive profondément.

Vous pouvez tout faire…que faites vous?

Je pense sincèrement que face à cette question, 2 types de réponses existent, 2 profils. Ou vous situez-vous ?

Je sais.
Pour le premier, l’objectif à atteindre a toujours été clair. Sa passion est là, bien connue, même si elle est quelque peu enfouie sous le quotidien. La vie extraordinaire va donc surtout consister à prendre conscience que la réalisation de cette passion est possible. On va organiser les choses, se libérer un peu de temps, (re)prendre confiance, et zou, cela va démarrer d’un coup!

Je ne sais pas encore.
Le second profil a une étape de plus à réaliser. Évidemment, il pourra également réaliser toutes ses envies au final, mais il doit au préalable les définir. Les limites que nous nous imposons au quotidien peuvent avoir rendu flous nos objectifs, ou les avoir cachés totalement. Il est d’abord important d’y réfléchir, et de construire nos envies.

Comment trouver ses objectifs ?

Cette étape est importante, et elle est extremement plaisante. Il s’agit de rêver. J’ai connu pire :)
Je vois 2 moyens majeurs pour définir ses objectifs.

Le premier moyen, que l’on peut qualifier d’exploratoire, est un questionnaire permettant de faciliter la découverte de ce qui vous motive réellement. Je prépare un ebook sur le sujet, et vous le proposerai prochainement. J’y concentre toutes les pistes de réflexions qui m’ont été utiles dans la recherche de ma passion, de mes passions. Quelques questions précises qui vous amèneront à réfléchir sur les points qui vous font vibrer. On y revient prochainement.

Le second moyen est plus simple, plus direct. Il consiste simplement à construire sa liste. Qu’on la nomme to do list, liste d’intentions, bucket list, qu’importe. Il s’agit simplement de démarrer une liste sur le support qui vous semble le plus pratique pour vous (un petit carnet, le bloc notes de votre ordinateur, ou même sur votre téléphone).

Réfléchissez à ce que vous devez faire -ce qui me semble le plus facile pour débuter-, puis à ce que vous pouvez faire, et enfin à ce que vous aimeriez faire. Pas de limite, on note tout. Dès qu’une idée vous vient en tête et demande à être développée, notez là. Qu’importe le jugement que vous émettez à ce moment là sur cette idée : bonne, mauvaise, pourquoi pas, à faire, cela m’embête…tout est bon à noter. Le fait d’écrire toutes ces idées vous permettra de vous aérer l’esprit, mais entrainera également votre cerveau à cette gymnastique.
De temps en temps (une fois par semaine?), relisez votre liste, et réfléchissez aux différents points. Creusez ce qui le méritent. Puis recommencez à rêver!Recherches utilisées pour cet article : ztra je peux, creer ma liste et vivre mon avenir maintenant, j aime ce que je fais dans la vie, je veux tous faire je fait rien

A propos de l'auteur : Max

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils. Suivez-moi !

14
  1. Michèle a dit

    Super ! çà donne envie de se joindre à vous.
    Etiez-vous à Paris le 11 novembre vers 18h30 ? Si oui, nous aurons l’occasion de nous retrouver ailleurs une prochaine fois.
    Et si vous n’y étiez pas, cela vous aurait enthousiasmé et je vous invite à me contacter pour en savoir plus…
    Bien cordialement,
    Michèle

    Répondre

  2. yann a dit

    Le truc de la liste est maintenant bien connu mais les réelles difficultées commencent quand vous confrontez votre liste à la réalité. Rêver c’est bien c’est même important. Mais la réalité l’est tout autant. ;)

    Répondre

    • Max a dit

      Bonjour Yann,
      La liste est effectivement une pratique courante, mais c’est son coté systématique qui crée réellement la différence à mes yeux.
      Sur la distance qui séparerait rêve et réalité, la todo permet justement de détailler ses rêves pour les insérer petit à petit dans le monde réel. On part d’un rêve brumeux, on le détaille pour en connaitre le contenu exact, et les contours, puis on le décline action par action. Tout est réalisable. Les seuls paramètres sont la volonté, et l’engagement. Personnellement, les projets dont je suis le plus fier ont débuté par une todo. Même les choses qui semblaient improbables.

      Répondre

  3. ElsaC a dit

    Dans la continuité de cet article, on peut donner de son temps aux autres. Rien que cela ça fait du bien.
    Cela peut aussi créer des liens sociaux, et sans que ce soit forcément le but recherché on peut recevoir des autres (et ainsi que cela leur fasse du bien de donner à leur tour).

    Répondre

  4. nina a dit

    Message
    Bonjour !
    Je ne veux surtout pas paraitre prétentieuse car ce n’est pas le cas, je manque de confiance en moi atrocement.
    Je sais faire beaucoup de chose avec facilité. Je me suis mise à peindre il y a un an et ça y est je m’en sors pas mal.
    Je cuisine très bien, je sais couper les cheveux, décorer un appart, suis bonne commerciale, secrétaire, comptable … tout ça en apprenant sur le tas.
    Mais je ne sais pas quoi faire comme boulot.
    Depuis peu au chomage, je me pose beaucoup de question quant à mon avenir.
    Le marché du travail est bien difficile de surcroit pour quelqu’un comme moi.
    Voilà, je voulais juste poster ce petit message, on ne sait jamais ! Quelqu’un pourrait m’aider à trouver la réponse !!!
    Merci de m’avoir lu, au plaisir de vous lire

    Répondre

    • Max a dit

      Bonjour Nina,
      merci pour ce commentaire. Avoir des facilités ou des connaissances n’est pas honteux, pas de problème. Il est vrai que le monde du travail demande souvent une spécialisation, on nous demande de faire un choix, et de s’y tenir. Difficile lorsque l’on est multi casquettes, à moins…d’être son propre patron!

      Répondre

  5. Santoro Sonia a dit

    Bonjour,

    Je me suis dit commence à établir une liste en ce début 2013, sans réfléchir, sans jugements, ça parrait peut être enfantin mais voilà ma liste en 10 points:

    1)Arrêter de parler des soucis familiaux, généraux et laisser les gens pour ce qu’ils sont
    2)Vivre à 100% mon bonheur avec ma fille
    3)Explorer des choses inconnues et aller au fond des choses
    4)Vivre la vie comme un enfant tout en étant responsable
    5)Chercher ma voie
    6)Me conditionner pour trouver de nouveaux objectifs
    7)Me positionner dans la vie
    8)M’aimer avant tout
    9)Avoir une vision positive du monde
    10)M’occuper de mes affaires et donner de l’amour autours de moi

    Un début pour moi mais je suis certaine que c’est un bon début!

    Bonne année!

    Répondre

    • Max a dit

      Bonjour Sonia, bravo pour ta liste, voilà une bonne manière de débuter 2013 !
      Les points que tu soulèves sont majeurs, même si on a tendance à les oublier certaines fois. Bon courage à toi pour ces 1ers pas, en espérant que le site t’aide dans ta démarche !

      Répondre

  6. Solange a dit

    Bonjour,
    Je suis une personne motivé avec plein d’idée ,cependant je suis comme nina,il arrive parfois ,que l’on ai envie de se lancer ,mais l’appréhension de ne pas réussir,un exemple j’aimerais apprendre à peindre ma cuisine. Qu’en penser vous?

    Répondre

    • Max a dit

      Bonjour Solange, merci pour ton commentaire! C’est normal d’appréhender, cela m’arrive aussi, mais cela ne doit pas changer tes objectifs. Beaucoup d’auteurs disent que c’est notre esprit « reptilien » qui est en cause : il est là pour nous protéger, il nous demande de ne rien faire, pour ne pas nous mettre en danger. Mais au fond de nous, on sait que ce comportement ne mène à rien non plus. Il ne faut pas l’écouter, et tenter ce qui nous intéresse. Ne pas faire parfait du 1er coup, et retenter. On apprend progressivement, tout fonctionne comme ca, non :) ?

      Répondre

  7. helene a dit

    slu Max!
    ça fait un ouf de vous lire et j’encourage tous ce qui ont fait des commentaires à avoir confiance en eux je suis sure que ces méthodes sont efficaces.en parlant d’objectifs depuis que je sais jouer a la poupée à 6ans déjà en 1993 je passais mon temps à coiffer mes poupées la première fois je suis allé montrer mon œuvre à ma mère » maman maman regarde j’ai coiffé ma poupée elle répond ouh ma fille mai c’est bien comment tu as fait moi je n’y suis jamais arrivé défait et refais » c’est ce que j’ai fais et très vite je suis devenu la coiffeuse de la maison je coiffais mes sœurs puis mes amies j’ai coiffé femmes et enfants de grande personnalité de mon pays ça me permettais d’avoir mon argent de poche de mm en matières d’esthétique je maquille super bien de mm pour la pédicure manucure. je ne sais pas si je dois dire que c’est un don!!à 6ans je savais tenir un ciseau et coupé un tissu je faisais des tenus sexy a mes babies .ce que je regrette c’est qu’avec le temps pendant la guerre de 97 j’ai perdu mes joué et tous ce que j’avais crée donc j’ai fini par oublier ce que j’aimais vraiment faire la dernière fois que j’ai cousu un habit » une de mes tantes m’avait donnée un pagne et je voulais a tout prix faire un habit pour moi et j’ai pris les ciseau j’ai fais un ensemble à la main ke j’aimais et que je portais les nuits pour dormir j’avais 10ans en 97″ ce qui m’énerve dans tous ça c’est que mes parents a parement voyaient et me félicitaient mais il étaient inconscients il ne m’ont pas aidé a garder ce que j’aimais.tous ce qu’ils ont su dire faut allé à l’école avoir ton bac et faire les études sans méthodes d’apprentissage bref………..!!!! il y a 7ans maintenant que j’ai quitté mon pays et la ou je suis il faut un diplôme qui prouve que c’est professionnel ça ma découragé parce que pour l’avoir il faut allé payer plus d’une centaine de mille pour suivre une formation alors que je suis capable de former ces dames j’ai essayé d’autres méthodes dommage catégorique alors j’ai laissé tombé. les objectifs j’en ai plein je ne me vois plus vraiment coiffeuse mais je mtrais des salons de coiffures en place je créerais des marques et modèles mon but principales maintenant c’est d’aider les gens à arrêter de croire qu’un Dieu viendra faire tous le travail à leur place alors qu’il leur a déjà tous donner un cerveau bien fait à eux de trouver les bons moyens pour s’en servir mon peuple meure faute de connaissance!! ta pas intérêt à me lâcher hein Max à très vite!
    allé hélène la bavarde il est temps d’aller lister tes objectifs!!!!!!

    Répondre

    • Max a dit

      Merci Hélène pour ton témoignage!
      C’est super de voir son don se révéler comme cela a été ton cas. Même si nous devons souvent passer par l’école pour formaliser nos acquis, cela reste un moment important pour structurer notre connaissance, et découvrir d’autres personnes ayant les même objectifs. Cela peut être grisant, comme décourageant. Mais au final, cela me semble toujours utile.

      Répondre

Partagez votre avis