J’adore vos défauts !

Mais si, vous en avez! Cela peut être de petites chose que vous maitrisez mal, ou bien des points sur lesquels nous n’êtes pas à l’aise : la compta? le ménage? l’organisation? internet?

 

Depuis tout petit, l’école nous aide à nous perfectionner. Il y a d’un coté les apprentissage que l’on réussi bien naturellement -ceux là roulent tout seul, personne ne nous pousse-, mais il y a surtout tous ces points sur lesquels on nous demande de nous améliorer. Ecrire plus droit, être meilleur en math, faire ses comptes, développer son leadership. Bref, plein de choses. Si on regarde la vie au travers de toutes ces améliorations à atteindre, cela peut vite être déprimant.

 

Et si le jeu était l’inverse?

Si le jeu était de laisser tomber nos points faibles? Ok, on les assume, c’est bon. check.
Même en persévérant, il y a peu de chances que l’on devienne expert sur un sujet qui nous rebute. Alors insister est peut-être simplement une perte de temps. Pourquoi ne pas se focaliser à la place sur ce que l’on aime?

Toutes ces matières dans lesquelles nous sommes bons, l’enjeu serait plutôt de progresser pour parvenir à exceller dans ces domaines. Sur une matière, une discipline dans laquelle on a déjà fait nos preuves, qui nous passionne, devenir encore meilleur est un bon challenge. Dur, mais réalisable. Tant que l’envie nous porte, cela me semble faisable.

 

Et le reste ?

Le reste, on s’en fiche. Vraiment.

Nos défauts ne sont pas un trou à combler. C’est un trou, point. Et ce qui est un défaut pour nous, sera une qualité développée chez quelqu’un d’autre. On est nul en compta? D’autres sont bons, ce n’est pas un problème. On ne s’en sort pas avec le net? Des gens bossent pour rendre les choses simples. Vous manquez d’organisation? Des cadors de l’organisation ont déjà réfléchi à la meilleure manière de synchroniser les projets.
Le but n’est pas d’être bon dans tous les domaines, c’est un rêve irréalisable. Le but est de trouver son domaine. De trouver ses qualités, et d’assumer ses défauts. Pas comme un manque, juste comme un trait de notre personnalité.

 

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Article précédent
Article suivant
Derniers commentaires
  • Ton article me parle !
    Plus que de les laisser tomber, ces défauts, je dirai même de les reconnaître et d’y réfléchir : souvent ces défauts sont liés à une qualité :

    par exemple être désorganisé va souvent de paire avec être spontanné, être créatif,
    une difficulté à prendre des décisions avec une certaine sagesse, pas de précipitation
    être trop bavard avec un grand élan social,
    etc.

    Quand on admet cela chez soi (et chez ses proches), je pense que l’on peut sourire de ses défauts en pensant à ce qu’ils nous permettent également d’être et de faire.

    Par exemple, mon conjoint et moi avons deux personnalités très différentes, et parfois on ne se comprend pas sur certaines choses. Mais avec le recul, je vois que son empressement tient à sa qualité d’être passionné, savoir prendre des décisions, …

    Changer l’autre, tout comme se changer soi-même, est une illusion et même, n’est pas ce que nous souhaitons réellement : on choisit quelqu’un autant pour ses défauts que pour ses qualités, puisque ce sont les deux faces d’une même médaille.

  • Merci ! Merci pour ce message qui aide à nous faire nous sentir mieux et à accepter nos défauts. C’est vrai que, quand on y pense, nos défaut sont comblés par les qualités d’autres dont nous comblons certainement les défauts. D’où l’importance aussi de l’entre-aide !

  • Moi, je dirais ce qui est important c’est de s’aimer. De s’aimer tel que nous sommes parce que nous sommes tel que nous sommes.
    Toute qualité peut-être un défaut et un défaut une qualité… au-delà de ça l’important c’est de s’aimer et de s’assumer tel que nous sommes.
    La cohabitation avec soit-même n’est pas toujours simple alors, autant la faciliter 😉
    Après, rien n’empêche de vouloir s’améliorer et se développer dans certains domaines, pour son développement personnel, mais ce n’est pas une obligation c’est un choix…
    Qu’il ne fait pas le faire pour « être comme » ou « ressembler à »
    comme disait Oscar Wilde « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris »

Laisser un commentaire