Et dans 10 ans ?

Je suis retombé récemment sur cette histoire (véridique) qui m’avait ému. Un homme de 40 ans retrouve une vidéo qu’il avait enregistré lorsqu’il en avait 20. Il avait préparé cette bande (une VHS à l’époque) en s’adressant à son futur « lui » (« quand je serai vieux » dit-il), pour lui parler de ses ambitions, et lui rappeler ses rêves de l’époque.
A 40 ans, le mec regarde la vidéo, et se rend compte en un instant de la distance entre la vie qu’il mène aujourd’hui, et ses rêves d’alors. Le déclic le fait tout plaquer, et changer de vie.

J’aime bien ces idées de « parler à notre futur nous« , mais cela me semble un brin défaitiste de prévoir un message pour l’autre bout de notre vie. Déjà, car il faut attendre un bon nombre d’années pour voir l’effet 🙂 , mais surtout car une fois arrivé à l’autre bout, que peut-on réellement changer? On ne peut que constater si nos rêves ont été réalisés, ou pas. Et si l’on s’est trompé?

 

Écrivez vous dans 10 ans !

J’ai réfléchi à l’idée, et je me suis demandé comment elle pourrait nous servir, à nous, qui tentons d’améliorer nos vies au quotidien.
Et si on s’écrivait pour nous permettre de changer nos vies aujourd’hui? Parler à un futur lointain permet de voir au delà du quotidien. On se parle à nous, alors on peut facilement tout se dire.

Et je me dis que 10 ans est sûrement la bonne distance de temps. 10 ans représente assez de temps pour pouvoir changer radicalement les choses. Et en même temps, 10 ans est assez court pour nous permettre de redresser la barre si jamais cela s’avérait nécessaire.

Je vous propose donc l’idée suivante : si vous aviez la possibilité d’écrire à votre futur « vous », la personne que vous serez en 2026, que lui diriez- vous?
Un message à faire passer? Une attention particulière à porter à quelque chose? A quelqu’un ?

Cette possibilité, vous l’avez, aujourd’hui et maintenant.
Essayez en 2, 3 lignes. Laissez-vous porter. Imaginez-vous dans 10 ans, regardez-vous dans le blanc des yeux, et écrivez vos questions.

 

Lettre au futur moi (qui sera vieux)

J’ai réalisé l’exercice sur mon cas personnel. J’ai imaginé la situation. Et au bout de quelques minutes, certaines phrases sont venues naturellement, brutes et spontanées…

« J’espère que tu profites bien de ta famille. Que tu passes du temps avec eux, que tu as passé du temps à leurs cotés ces 10 dernières années. Ta femme, tes enfants. L’enfance est courte, et ils en seront déjà presque au bout. Cela sera dur mais si tu as déjà tous ces souvenirs en toi, alors peut-être…
Je ne le dis pas, mais j’espère que tu auras eu l’intelligence de rester avec ta femme, de construire.
Coté boulot, j’espère que tu auras changé de contexte professionnel. Non pas que je n’aime pas celui-ci, mais il faut changer aussi, voire autre chose. Ha, j’espère que tu n’auras pas fait la bêtise de prendre + d’argent contre + de responsabilité et de temps de travail.
Enfin, et pourtant avant tout, j’espère que coté santé, ça va à peu près. Que ta femme et tes enfants en 1er ont tout sauf l’irréparable. Que toi, tu fais aller.
Je me pose pleins de questions sur d’autres personnes, mais on en parlera après. »

 

Quelques fois, on se demande où on va, quels sont nos buts. Avec ce genre de lettres, les vrais objectifs apparaissent rapidement. Ils sont en nous, il n’y a qu’à les laisser émerger.

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Dernier commentaire
  • Je pleure d’avance en m’imaginant écrire à mon moi de dans 10 ans… Mais je vais faire l’exercice. Il est intéressant. Merci Max.

Laisser un commentaire