Connaissez-vous votre Ikigai ?

Tout le monde a un Ikigai.
Non, je ne délire pas, je vous rassure, je parle du concept japonais.
Dans la région d’Okinawa au Japon, l’Ikigai fait partie de la culture, et désigne la « raison d’être » de chaque vie. Chercher son Ikigai, c’est fouiller au + profond de soi et regarder ce qui est réellement important pour nous, notre usine à bonheur. (ça vous rappelle quelque chose 🙂 ?)

Ikigai est composé de 2 mots en japonais : « Iki », la vie, et « Kai » qui signifie littéralement « la réalisation de ce que l’on attend et espère ». Joli, non?

L’ikigai n’est pas une simple traduction de notre mot « raison d’être ». Son approche particulière est de vouloir se positionner en plein centre de notre vie, au croisement de nos différents intérêts. Il conjugue idéalement nos passions, carrières, vocations et missions. Et il s’agit là de son véritable atout selon moi : il nous permet dans un 1er temps de mettre un mot sur ce qui nous intéresse, et de bien différencier chaque aspect de notre vie. Ma passion est-elle ma profession? Ma vocation aide-elle les autres? Ma passion doit-elle être utile au monde?

Identifiez chacun des cercles, puis leurs croisements, et trouvez progressivement votre Ikigai.

ikigai-explications

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Derniers commentaires
  • Je viens de decouvrir votre site et je suis comblée. Merci de votre générosité et de votre justesse.

  • Il y a quelques semaines, une amie coach a posté sur sa page Facebook une vidéo sur l’Ikigai. Ca m’a interpellée et en faisant des recherches je suis tombée sur votre article que j’ai bookmarké pour y revenir plus tard. C’est chose faite et je commence à travailler dessus. Je suis en pleine remise en question professionnelle (démission il y a deux mois). A l’aube de mes 40 ans, je vais essayer de ne pas louper le (bon) coche. Je n’ai heureusement pas trop de pression qui pourrait me pousser à faire de mauvais choix, et l’Ikigai me semble être une bonne base de départ pour entamer une réflexion profonde sur la manière dont je souhaite construire ma future vie professionnelle.

Laisser un commentaire