Ce que les autres cherchent en vous

J’aborde un sujet différent aujourd’hui, mais au combien important : les autres.

 

« C’est pas moi, c’est les autres »

Il est primordial de chercher les choses en soi, de s’améliorer, mais tout cela ne prendra réellement sens que si l’on se confronte aux autres. Ce n’est pas la partie la plus facile, mais c’est assurément la plus intéressante.
L’idée ici n’est pas de traiter le sujet « les autres » en totalité (quoique…ça me taraude…), mais de vous faire part de ce que les autres recherchent réellement chez vous.

Je ne parle pas d’argent, je ne parle pas de sexe, mais sûrement de choses aussi intimes et importantes.
Que ce soit dans le milieu professionnel, ou du coté amical, voici mon constat :

Les gens s’en fichent de ce que vous faites
(mais ils s’intéressent réellement à la raison pour laquelle vous le faites)

Combien de fois vous a-t-on demandé ce que vous faites comme travail?
Combien de fois avez-vous répété les même phrases en réponse?
Il semble s’agir d’une règle sociale, de la chose la plus primordiale à demander lorsque l’on fait une nouvelle rencontre, mais au final, les gens se souviennent peu de la réponse. Surtout de nos jours, où les emplois se complexifient (« je suis responsable achat produits dérivés », « cool, moi je fais du SEO et du SEM pour un agrégateur de SSII« ).
En demandant cela, nous passons surtout à coté de la véritable information : pourquoi faites-vous ce travail?

 

Alors, pourquoi faites-vous ce travail ?

Si nous faisons notre job, c’est avant tout pour satisfaire une motivation particulière. C’est parce que nous avons cette vision unique, qui se trouve en nous, et que nous souhaitons atteindre. Cette motivation peut simplement s’appeler l’argent dans certains cas, ou la reconnaissance.

Cela peut être l’accomplissement de soit, cela peut être de réaliser le meilleur produit du monde dans votre catégorie. Cela peut être d’aider les autres ou même de changer le monde par vos actions. Mais il y a toujours une motivation. Votre raison.

Trouvez cette motivation en vous et faites-la ressortir. C’est cette information qui doit transparaitre quand vous rencontrez quelqu’un. Uniquement celle-là. Une fois que vous aurez exprimé cette partie de vous, alors vous donnerez aux personnes que vous rencontrez la possibilité qu’ils partagent cet état d’esprit, qu’ils vous comprennent et qu’ils se connectent intimement à votre personnalité. Ils ne se connecteront jamais à vous sans comprendre cela.

Regardez autour de vous : si vous pensez aux gens que vous connaissez, vous vous rendrez compte que vous vous souvenez surement d’eux pour une raison particulière. Cela peut être pour leur état d’esprit, ou pour leur positivisme, pour leur franchise, pour leur volonté de s’en sortir, pour leur manière d’assumer leur passion. Vous pensez rarement à eux en tant que prof, boulanger, musicien ou comptable. Vous pensez à leur raison.

Une fois que vous aurez partagé votre motivation, alors parler de votre travail sera un très bon moyen de prolonger la découverte, et une formidable preuve de votre motivation.

 

PS : je parle de travail, mais c’est la même chose pour toute passion personnelle, tout hobby. Donc tout ami.

PS bis : il s’agit d’une règle appliquée en marketing également. Une règle importante, qui permet notamment d’expliquer pourquoi tant de gens achètent des produits Apple. Mais je trouve que c’est dans le domaine personnel qu’elle prend tout son sens.

Ecrit par

Je cherche à vivre pleinement, chaque jour. J'ai débuté ce site afin de partager mes astuces et expériences. Afin d'aider ceux qui bloquent ou qui ont besoin d'un coup de pouce pour réaliser leurs envies. Je m'aide d'une bucket-list, de méthodes d'organisation, et d'une boite à outils.

Dernier commentaire
  • Il y a dans beaucoup de cas la notion « d’appartenance  » qui est valable dans de nombreux domaines: les clubs divers et variés, le choix d’un sport, d’une voiture, d’un ordinateur ou smart phone (Apple l’a bien compris en effet) mais aussi le choix d’une profession
    Pour ce qui concerne le premier contact avec une personne, j’adhère tout à fait à l’argumentaire développé

Laisser un commentaire